A la rencontre de lieux sacrés

Il y a dans la nature des lieux magiques, où le temps est suspendu, où les énergies sont si fortes qu'elles nourrissent notre essence profonde d'une dimension sacrée. C'est ce que nous avons expérimenté lors de notre voyage dans le pays Cathare en découvrant des hauts lieux vibratoires cosmos-telluriques qui nous ont permis d'être en complète harmonie avec la nature.

Ces endroits étaient propices à l'ancrage, la méditation et la contemplation.

Nous avons, tout au long de ces 5 jours, bénéficié du savoir de Philippe (thérapeute quantique) et de sa connaissance sur l'histoire de ces lieux mystiques.

Nos journées étaient rythmées par des marches en conscience, par des rituels de guérison, par l'ascension du Mont Bugarach, par la découverte de la grotte de Galamus ainsi que de la forêt de Nébias, un lieu enchanteur où il a fait bon de se perdre.

Les soirées, quand à elles, ont été consacrées aux enseignements, aux soins énergétiques et quantiques, à une visite guidée qui nous a plongée au cœur des contes et légendes de l'énigmatique fauteuil d'Isis, lieu de cultes celtiques.

Ce séjour nous a permis d'affiner nos perceptions, développer notre intuition et autres capacités extrasensorielles. Nos corps subtils se sont naturellement équilibrés et ré-harmonisés au fil du temps passé dans ces hauts lieux énergétiques.

Le pays Cathare et ses trésors

Le pech de Bugarach

De son sommet, qui culmine à 1230 mètres d'altitude, le panorama est sublime. Il s'étend des Pyrénées à la montagne noire et de la Méditerranée à la haute vallée de l'Aude.

Surnommé “la montagne aux sorcières” pour ses rocs décharnés aux formes fantastiques, le Pech de Bugarach accapare le regard. Il est le coup-de-poing minéral qui témoigne de la puissance du plissement pyrénéen.

Cette "montagne renservée" a vu les calcaires du jurassique basculer par-dessus les grés du crétacé.

En effet l'ordre des couches géologiques qui le composent a été inversé du fait de la tectonique des plaques lors de la poussée des Pyrénées, à l'ère tertiaire, et des strates calcaires datant de plus de 135 millions d'années se sont posées au-dessus de formations âgées de 15 millions d'années.

Le "Bug", comme les locaux le nomment, n'a pas fini d'attirer l'attention. On l'appelle la montagne sacrée.  Il en émane une énergie singulière, puissante et unifiante. Il serait l'un des chakras de la Terre Mère, dont le taux vibratoire s'élèverait chaque année davantage.

On dit aussi qu'il abriterait une base souterraine OVNI, ce qui occasionne la venue d'un grand nombre d'ufologues.

Cette montagne est aussi associée aux Wisigoths qui y auraient caché le trésor de Jérusalem, avec son Arche de l’Alliance. Tous se plaisent à dire que ce lieux relève bien des mystères

Le mystérieux "Fauteuil d'Isis" appelé aussi "Fauteuil du Diable "est un bloc de grès d'origine néolithique  qui d'après l'histoire aurait été sculpté et taillé en forme de fauteuil au 18eme siècle.

Il siège au centre d’une petite clairière et se distingue grâce à des symboles cabalistiques et d’une croix templière gravés dans sa pierre. Beaucoup de choses ont été dites et écrites à propos de ce trône et de la Source d’eau ferrugineuse du Cercle qui se trouve juste à côté.

Parmi elles: cérémonies païennes dédiés à la déesse Isis, sorts jetés par le diable ou par des sorcières à ceux qui ont pris le risque de s’y asseoir,  lieu de sacrifice, lieu de réunion ou d’initiation des Templiers, source aux eaux miraculeuses.

Nous savons que les romains respectèrent ce lieu et le décorèrent en plaçant, au dessus de la fontaine du cercle des éléments d'architecture aujourd'hui déplacés dans le petit musé de Rennes-Les-Bains.

La forêt de Nébias, "un monde magique dans un spectaculaire dédale rocheux".

Connue pour être un pont entre plusieurs mondes, la forêt de Nébias propice à la rêverie, à la méditation et au contact avec les élémentaux, nous transporte par sa magnificence. On ne peut être qu'émerveillé par la beauté du monde minéral et végétal de ce lieu enchanteur qui nous permet d'établir un contact avec des arbres magnifiques (l'arbre Lyre et l'arbre Poulpe), des menhirs et des alignements de roches notables.

Au cœur de cette envoutante forêt peuplée de sapins et de chênes, on se laisse surprendre à rêver de rencontrer au détours d'un chemin une fée ou un lutin.

La grotte de Galamus

C’est vers le XIVème siècle que des ermites sont venus s’isoler dans les grottes naturelles des Gorges. Ils placèrent le site sous la protection de St Antoine. L’ermitage, construit dans une cavité naturelle de la falaise surplombe le canyon des Gorges et offre un spectacle à couper le souffle.

Le XIXème siècle fut celui de l’affirmation de la vocation religieuse de l’Ermitage. Plusieurs ermites s’y succédèrent entretenant le lieu, construisant des bâtiments, instituant la cloche aux vœux, recevant les processions de Pâques et de la Pentecôte. Les ermites se seraient succédés à Galamus jusque vers 1930, donnant une dimension spirituelle au site.

Jusqu'au début du siècle, soit pendant 100 ans, Galamus fut un sanctuaire respecté, où de nombreux pèlerins venaient partager un instant de vie de ces saints hommes. Ils arrivaient à l'ermitage par le petit sentier qui serpente dans la forêt. Celui-ci, transformé en 1843 en chemin de croix, voyait se dérouler tous les ans des processions à l'occasion desquelles de profanes et joyeux repas champêtres se mêlaient au sacré du rite.

Les eaux de l’Agly ont creusé des parois calcaires sur plus de 500 mètres de profondeur pour rejoindre la Méditerranée. En sillonnant la roche, l’eau a créé des creusements naturels profonds et vertigineux, mais également des vasques d’eau translucides alimentées par de petites cascades. Rien n'est commun dans ce havre de paix!

La chapelle de l'Ermitage est perchée à 376 mètres d'altitude dans les gorges et réalisée dans une grotte naturelle située sur la paroi de la falaise. Impressionnant !